Critique de Dunkerque

Après The Dark Knight et Interstellar, on pouvait penser qu’il allait être impossible pour le réalisateur Christopher Nolan de faire mieux que ce qu’il avait déjà fait. Pourtant, il est indéniable qu’avec un film comme celui qu’est Dunkerque, il a su mettre la barre encore plus haut. En effet, peu de films arrivent à nous faire ressentir autant avec si peu.

 

Affiche du film

De la première à la dernière seconde, Dunkerque est une leçon de cinéma.

Sorti en 2017, il retrace l’histoire de l’opération Dynamo mais du point de vue anglais. L’opération Dynamo est une opération menée par les forces françaises et britanniques contre l’armée Allemande du 21 mai au 4 juin 1940.

Ici, il s’agit seulement de nous montrer l’armée anglaise, coincée sur l’immense plage de Dunkerque, cernée par les allemands, attendant des secours qui ne semblent pas venir.

Il y a trois histoires : trois histoires qui vont jouer avec le temps puisque la première qui est celle de trois soldats britanniques tentant de s’échapper de la plage s’étale sur une semaine.

 

On peut apercevoir ici les acteurs Harry Styles, Aneurin Barnard et Fionn Whitehead qui jouent le rôle des 3 soldats tentant de s’échapper de la plage.

 

La seconde histoire quant à elle s’étale sur une journée et concerne un bateau de civil qui, après un appel du gouvernement, décide de partir secourir les soldats sur la plage.

Les acteurs Mark Rylance et Cillian Murphy jouant respectivement les rôles d’un père de famille partant chercher les soldats sur son propre bateau et un soldat réchappé d’un naufrage.

Enfin, la troisième s’étale sur seulement une heure et nous fait suivre des avions anglais se battant contre les avions allemands. Ces trois histoires finiront par se recouper à un moment du film et ce jeu avec le temps démontre le génie de Christopher Nolan : un réalisateur qui sait écrire et mener son scénario avec brio.

Le film est aussi porté par un jeu d’acteur saisissant. L’acteur principal Fionn Whitehead joue un soldat qui tente de s’échapper de la plage. Il fait ici ses premiers pas au cinéma et il est indéniable que, pour un premier film, sa performance est exceptionnelle.

 

Fionn Whitehead, acteur britannique âgé de 19 ans

On y voit aussi Harry Styles, le chanteur des One Direction, qui contre toute attente s’en sort remarquablement bien.

Enfin, on retrouve d’autres acteurs qui eux n’en sont pas à leurs débuts comme Cillian Murphy ou Tom Hardy.

Mais bien plus qu’un bon scénario ou un jeu d’acteur rondement mené, Dunkerque puise sa force de l’émotion qu’il réussit à nous procurer. Dunkerque n’est pas un documentaire historique comme Interstellar n’était pas un documentaire d’astrophysique.

Les commentaires sur cette facette du cinéma de Nolan sont totalement hors-sujets et déplacés, émis par des personnes qui ne connaissent pas ou ne comprennent tout simplement rien au cinéma. L’opération Dynamo ou l’espace ne sont que des fonds qui vont servir à raconter une histoire. Et au final, ce sont des fonds extrêmement bien réalisés et tout de même extrêmement proches de la réalité ; il est inutile de rappeler que Nolan a toujours travaillé avec ardeur sur la construction de ses films : faisant appel à de grands astrophysiciens, et ici en l’occurrence rencontrant des vétérans de cette opération, des historiens, des personnes qui, contrairement aux petites gens de facebook, savent de quoi elles parlent. Il est aussi inutile de rappeler que le cinéma est un art et que l’art n’a pas pour but la vérité. Un film n’est pas un documentaire. Le cinéma sert avant tout à nous faire ressentir, à nous faire sentir plus grand, plus vivant et sur ce point, Christopher Nolan est maître.

En effet, par le montage des images comme par le montage du son, par la musique de Hans Zimmer, par des plans de caméras que l’on n’avait encore jamais vus, Dunkerque est un film dont le but est sensoriel. Au fur et à mesure que la tension monte, le montage devient plus rapide, les scènes deviennent moins contemplatives et à côté de cela, la musique de Hans Zimmer amplifie l’angoisse : on ne peut oublier le « tic-tac » qui résonne dans le fond, nous rappelant que le temps est compté et que les vies de 300 000 hommes sont en jeu.

 

Le célèbre compositeur Hans Zimmer

https://www.youtube.com/watch?v=wlXjP59jZCM 

ci joint, un lien pour découvrir la fabuleuse musique composée par Hans Zimmer pour le film.

Nolan peint une fresque titanesque : les milliers de figurants étalés sur la plage de Dunkerque, les décors, les costumes : tout est vu en grand.

 

Christopher Nolan  dirigeant ses acteurs

En effet, Dunkerque est bel et bien un chef d’œuvre. Bien sur, je lui reconnais quelques défauts : comme par exemple, sa fin un peu trop américaine avec cette musique, cette voix off et ses plans sur les bateaux des civils qui arrivent en héros chercher les soldats sur la plage : aussi belle cette fin soit-elle, on ne peut s’empêcher d’y voir là une fin un peu trop facile. Pourtant, ce léger défaut ne réussit pas à éclipser la force et la beauté que dégage tout le reste du film.

Dunkerque est un tour de force qui démontre une fois de plus à quel point Christopher Nolan est un des plus grands réalisateurs de notre siècle. Sa manière de filmer et de raconter les histoires apporte quelque chose de grand au cinéma et ne tardera sans doute pas à influencer la future génération de réalisateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.